Inscrivez votre email ici pour recevoir des Dvar Torah, nouvelles et autres courriels:
 
Liens Breslev:
 
moharan.com
Breslev.fr
Rabbinahman.com
Breslov.com (en anglais)
Breslev.co.il (en hébreu)
Radio Breslev (en hébreu)
Des Questions?
Écrivez nous à
info@breslev.ca

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Voir archive
Chela'h (5767)
UNE TERRE DE LAIT ET DE MIEL
Dans le Likoutey Moharane, Torah 66 tôme 1, Rabbi Na'hman dévoile que le but des obstacles et des empêchements est de renforcer chez le Juif la volonté de surmonter ces obstacles et ces empêchements. Car la volonté est une très grande chose , Celui qui n'arrive pas à atteindre un niveau spirituel parce que celui-ci est supérieure à ses capacités du moment, ne doit pas pour autant arrêter d'espérer, même si ce niveau est trés éloigné de lui. C'est pourquoi nos Sages ont enseigné que chaque homme est obligé de se demander quand ses actions arriveront-elles à la hauteur des actions d'Avraham, Its'hak et Yaakov. Désirer devenir un Tsadik ou étudier toute la Torah n'est pas une chose sans valeur, bien au contraire. Il faut l'exprimer au niveau de nos prières et de nos languissements, en ayant confiance que tout est possible pour D-ieu, sans se décourager de pouvoir réussir un jour. C'est à ce niveau que les explorateurs (Méraguélim) envoyés par Moché Rabbenou pour espionner la terre d' Israël, ont fauté. Même s'ils commencèrent à louanger la terre en disant qu'elle était de lait et de miel (c'est à dire qu'ils confirmèrent que les languissements envers Israël étaient justifiés), ils continuèrent leur rapport en affirmant que les habitants du pays (les empêchements) étaient trop puissants pour être vaincus. C'est à dire que les obstacles étaient plus forts que notre volonté. Ils calomnièrent ainsi la Terre d'Israël et le peuple les crut et se mit à pleurer. Ce jour où ils pleurèrent est le jour le plus noir de notre histoire car il s'agit du 9 Av, date de la destruction des deux Temples. Avec leur médisance, les explorateurs avaient détruits la volonté et la motivation du peuple Juif. Les enfants d'Israël se laissèrent aller au découragement et cessèrent de languir, ils n'écoutèrent pas Caleb Ben Yéfouné et Yéhochoua Ben Noun qui les suppliaient de garder confiance en D-ieu, car le but des obstacles n'est pas de repousser l'homme mais de lui donner encore plus envie d'y arriver. Un enfant n'aura jamais autant envie d'un jouet que lorsque celui-ci lui est inaccessible. Maintenant, dans la mesure où les explorateurs étaient tous des chefs de tribus, donc des gens spirituellement très élevés, de véritable Tsadikim, il nous reste à comprendre quel est l'erreur d'appréciation qui les a poussé à commettre une telle faute. Rappelons le contexte. Le peuple est nourri sans effort avec la manne, il est abreuvé sans fatigue grace au puits de Myriam et il est protégé de toute agression extérieure par la nuée miraculeuse qui les entoure. Il ne lui reste plus qu'à étudier tranquillement la Torah. Cette situation est en tout point identique à celle du bébé dans le ventre de sa mère, il est nourri, abreuvé, protégé et un ange lui apprend la Torah. Mais un jour où l'autre, il faut bien sortir et le premier contact avec la réalité est traumatisant, du jour au lendemain on se retrouve dans une situation inconnue, apparemment insurmontable. Les explorateurs ont été découragés à l'idée de pouvoir conquérir Erets Israël, d'après ce qu'ils voyaient, la mission était impossible. Et voici leur faute, ils appuyèrent leur position sur leur compréhension personnelle des choses au lieu de se reposer sur la foi simple que D-ieu tiendrait Sa promesse de leur livrer le pays entre les mains. Rabbi Na'hman nous enseigne dans la Torah 7, tôme1 du Likoutey Moharane, qu'Erets Israël correspond à la Emouna (confiance en D-ieu), à la prière (languissements) et aux miracles. C'est seulement dans un tel état d'esprit qu'on peut "conquérir" physiquement et spirituellement la terre d'Israël. Car Erets Israël n'est pas un pays comme les autres, on ne peut vouloir le maitriser ou le comprendre avec notre intelligence. C'est pour cela que la terre est appelée une terre de lait et de miel, car dans leur logique d'existence ces deux aliments ne sont pas normaux. Premièrement, la Torah qui a tellement insisté pour qu'on ne mélange pas de lait et de viande, nous permet la consommation de lait alors que celui-ci provient directement du corps de la vache. Deuxièmement, l'abeille est un animal taref, interdit à la consommation, pourtant le miel qu'elle concocte en son sein est absolument autorisé. Si nous avions analysé ces deux cas avec notre intelligence, nous aurions logiquement déduit que le lait et le miel sont interdits. Alors restons humbles et mettons notre intelligence de côté car la logique de D-ieu dépasse de très loin notre compréhension, seuls les très grands Sages arrivent à en saisir des parcelles et il nous faut suivre leurs directives. Erets Israël est la preuve la plus flagrante que l'impossible est possible, le retour sur la terre, les guerres miraculeuses, un peuple qui retourne chez lui, tout cela est bien au dessus des lois de la nature, c'est toujours la main de D-ieu. Par conséquent, ne laissons pas les obstacles et les empêchements prendre le dessus sur notre volonté. Aujourd'hui, je n'arrive peut-être pas à faire telle chose mais je ne me découragerai pas, je continuerai à prier, désirer et languir, en faisant au moins ce qui est dans mes capacités. L'obstacle est un appel de D-ieu afin que nous comprenions que sans Lui, nous ne pouvons rien faire. Cette prise de conscience doit nous amener à multiplier nos prières et nos languissements, à vouloir toujours et encore. Et avec un peu de patience et de persévérance, tous nos efforts seront récompensés dans ce monde ci et dans le monde futur, Amen!
RECEVOIR DES INVITÉS
-"Celui qui ne reçoit pas d'invités, renforce par cela la main des méchants et les empêche de revenir à la Téchouva (repentir)" -"Une ville qui ne pratique pas l'hospitalité en arrivera à la débauche et cette débauche amènera le crime dans cette ville" -"Recevoir des invités donne à la femme le mérite d'avoir des enfants" (Bonjour Mazal!) -"Recevoir des invités, c'est comme recevoir le Chabat" -"Celui qui reçoit dans sa maison un Talmid 'Hakham (sage) est considére comme s'il avait amené le sacrifice quotidien au Temple (Korban Tamid)"
Celui qui a absolument besoin de certaines denrées à Chabat (comme par exemple dans le cas d'un repas pour des nouveaux mariés où il manque de quoi rassasier tout le monde) a le droit de demander ces denrées à un ami et de les lui payer après la sortie du Chabat. De même, il est permis de demander à un épicier de prendre du magasin ce qui nous manque à condition qu'il ne mentionne pas de prix, ni à l'unité, ni selon la quantité. Et qu'il ne pèse ni ne mesure les denrées prises.Bien évidemment, si l'ouverture de l'épicerie doit occasionner une sonnerie d'alarme ou une quelconque manoeuvre électrique, il sera interdit de le faire. Et s'il n'y a pas d'Erouv (sorte de barrière qui permet de transporter dans la rue) dans la ville, on ne pourra pas se servir non plus. En outre, étant donné qu'il vaut mieux être précautionneux en matière de Erouv, même si la ville en possède un, il sera préférable (mais pas obligatoire) de faire porter les marchandises par un petit.(Yalkout Yossef)
CONSEIL
"Celui qui a de la Emouna, sa vie est une vraie vie. Mais sans Emouna (foi, confiance en D-ieu) il n'a pas de vie du tout, D-ieu en présèrve. Car il n'y a pas d'homme qui ne passe pas par de nombreuses difficultés, aventures et souffrances, car l'homme est né pour l'effort. Et quand il a de la Emouna, alors même quand s'abattent sur lui ces épreuves et souffrances, D-ieu en présèrve, il peut se consoler car Ha-chem Itbarakh le prendra en pitié et finira par le sauver de sa mauvaise situation, il sait que ce qui lui arrive est pour le bien et que ses fautes sont rachetées grace à cela (Capara), car il est évident que tout ce qu'Ha-chem fait relève du plus grand bien. Mais quand un homme n'a pas de Emouna (Mé'haker, il pense qu'on peut tout expliquer selon la logique, sans passer par D-ieu), quand vient sur lui un quelconque problème, il n'a personne envers qui se tourner et rien pour se remettre d'aplomb ou se consoler. Par conséquent, il n'a aucune vitalité étant donné qu'il va sans Ha-chem Itbarakh et sans Sa providence, D-ieu nous en présèrve. Mais, grace à la Emouna, la vie est toujours bonne." (Likoutey Etsot, Emet vé Emouna 57)



Haut de page

 
 
Accueil  |  Rabbi Nachman  |  Photos  |  Vidéos  |  Cours  |  Contactez-nous
 
Tous droits réservés © Breslev.ca 2012
Un grand remerciement à Rav. Eliyahou Haviv pour ses textes et Dvars Torahs.
Site Développé par