Inscrivez votre email ici pour recevoir des Dvar Torah, nouvelles et autres courriels:
 
Liens Breslev:
 
moharan.com
Breslev.fr
Rabbinahman.com
Breslov.com (en anglais)
Breslev.co.il (en hébreu)
Radio Breslev (en hébreu)
Des Questions?
Écrivez nous à
info@breslev.ca

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Voir archive
Chela'h Leha

« Envoie pour toi des hommes et ils exploreront la terre de Canaan que je donne aux enfants d’Israël… » (Chela’h Lekha 13/1).

Commentaire de Rashi : Envoie selon ce que tu penses, Moi Je ne te le demande pas, si tu le veux envoie ! Car les enfants d’Israël vinrent et dirent : envoyons  des éclaireurs…Moshé alla demander l’avis de la Présence Divine qui lui a répondu : Je leur ai dit que la terre est bonne (et pourtant ils veulent vérifier si c’est vrai)…Par leur vie je vais leur donner la possibilité de se tromper par le biais des explorateurs afin qu’ils n’en héritent pas (Midrash Tan’houma). Rabbi Nathan enseigne :

« Parce que les enfants d’Israël voulurent dépêcher des envoyés afin d’explorer le pays, ils fautèrent en ceci envers la terre d’Israël. La faute eut lieu à cause des envoyés, les explorateurs, car l’envoyé correspond à  la "nature/téva" qui elle-même correspond à l’aspect de l’ange.

(Explication : D-ieu dirige le monde par l’intermédiaire d’anges qui sont préposés au fonctionnement des lois de la nature. Ainsi que les sages l’enseignent : un brin d’herbe ne peut pousser avant qu’un ange  ne lui en ait donné l’autorisation divine. Et donc les anges et les lois de la nature sont des envoyés de D-ieu, des intermédiaires entre Lui et nous. Et parce que les lois de la nature ont un aspect logique et perpétuel, le piège dans lequel il ne faut pas se laisser prendre, est de croire que ces intermédiaires ont une existence en soi. En d’autres termes il ne faut pas donner aux lois de la nature et de la logique une importance qu’elles n’ont pas, ne pas croire qu’elles sont indépassables mais les utiliser pour s’approcher de D-ieu et Le connaître. Et même savoir qu’elles peuvent se transformer grâce à la prière). L’envoyé (de par sa position d’intermédiaire) est au niveau de la nature/téva tandis que la terre d’Israël est totalement au-dessus des lois de la nature, En Israël la Providence Divine/hashga’ha réside perpétuellement ainsi qu’il est écrit : "Les yeux de l’Eternel votre D-ieu y sont constamment posés".

Par conséquent lorsqu’ils voulurent envoyer des explorateurs ils fautèrent par rapport à la Providence Divine car ils voulurent se comporter selon les lois de la nature et voir s’ils pouvaient logiquement conquérir Eretz Israël. Ils ne crurent pas qu’avec l’aide de la Providence Divine, qui s’exprime surtout en Israël, ils pourraient arriver jusqu’au ciel…

Le libre arbitre existe essentiellement grâce aux lois de la nature car si le monde ne fonctionnait qu’avec la Providence Divine il n’y aurait pas de possibilité de libre arbitre. Celui-ci existe justement parce qu’on voit des lois logiques faire fonctionner le monde…» (Likoutey Halakhot, Hilkhot Chlou’hin 3).

En chacun de nous se cache un petit explorateur qui nous demande de vérifier intellectuellement si ce que D-ieu demande est bon ou mauvais pour nous. Comme si le Créateur nous tendait peut-être un piège, comme si nous savions mieux que Lui ce qui est notre intérêt et ce qui ne l’est pas. Lorsqu’on croit d’une foi certaine que D-ieu désire uniquement notre bonheur alors la réalité prend un aspect qui confirme notre croyance. Lorsqu’on se remet entre les mains de la Providence Divine on permet à celle-ci de nous protéger et l’on est en contact direct avec D-ieu, sans donner de possibilité aux intermédiaires de nous nuire.

Les sages enseignent que les explorateurs, qui étaient tous des princes, avaient au fond du cœur la crainte de perdre leur position une fois qu’ils rentreraient en Israël. Ce qu’ils ressentirent c’est que cette terre remettrait tout en question et bouleverserait leurs acquis. Ils avaient raison…

La terre d’Israël est une terre vivante qui force l’individu à changer et à se diriger vers une situation qu’il ne connaît pas encore. Celui qui vient habiter en Israël devra généralement perdre dans un premier temps la majorité de ses repères et accepter une nouvelle échelle de valeurs où sa carte de visite précédente n’aura plus d’importance. S’il accepte avec foi que cette terre est forcément bonne, sa transformation se passera dans la douceur car il permettra à la Providence divine de le guider. Mais s’il préfère décider par lui-même si cette terre est bonne ou mauvaise (le petit explorateur) alors on lui donnera la possibilité de se tromper. Et les lois de la nature prendront l’ascendant sur son existence, l’intermédiaire voilera la cause de toutes les causes, l’intégration sera au mieux une souffrance et au pire on repartira dans le désert pour quarante ans, D-ieu préserve. Ce n’est pas une faute d’explorer mais il faut le faire dans le bon état d’esprit, à l’instar de Yéhoshoua et Calev qui firent un bon compte-rendu de leur exploration. C'est-à-dire que la terre est bonne, je vais simplement l’analyser afin d’en profiter au mieux possible. De la même manière tout ce que demande D-ieu est bon pour nous, qu’on le comprenne ou pas. Et lorsqu’on décide de se remettre sous la protection de Sa providence, les doutes disparaissent ainsi que leurs conséquences. D-ieu est bon, la Torah est bonne et la terre est bonne. Et moi aussi je suis une bonne personne. Se battre pour le croire d’une foi parfaite nous permettra de le vivre.

Chabat Chalom.



Haut de page

 
 
Accueil  |  Rabbi Nachman  |  Photos  |  Vidéos  |  Cours  |  Contactez-nous
 
Tous droits réservés © Breslev.ca 2012
Un grand remerciement à Rav. Eliyahou Haviv pour ses textes et Dvars Torahs.
Site Développé par