Inscrivez votre email ici pour recevoir des Dvar Torah, nouvelles et autres courriels:
 
Liens Breslev:
 
moharan.com
Breslev.fr
Rabbinahman.com
Breslov.com (en anglais)
Breslev.co.il (en hébreu)
Radio Breslev (en hébreu)
Des Questions?
Écrivez nous à
info@breslev.ca

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Voir archive
Houkat-Balak (5767)
INCOMPRÉHENSIBLE
Ceci est un 'Hok (statut) qu'Ha-chem a ordonné." (Bamidbar 19- 2) La paracha de la semaine nous apprend qu'avec les cendres d'une vache rousse préparées par le Kohen Gadol (Grand Prêtre), il était possible de purifier l'individu atteint de la plus grande impureté: l'impureté de mort. Celui qui avait eu un contact avec un mort devait suivre un processus de purification d'une semaine, à l'aide des cendres de la vache rousse, avant de pouvoir rejoindre son camp. Mais étrangement, celui qui l'avait purifié devenait lui-même impur et devait à son tour se purifier. C'est pourquoi on dit de la vache rousse qu'elle purifie les impurs et impurifie les purs, ce qui est absolument illogique à nos yeux et aux yeux du monde entier comme l'explique Rachi dans son commentaire: "Le Satan et les nations du monde se moquent d'Israël en disant: Quelle-est donc cette Mitsva et quelle-est sa raison!? C'est pourquoi le verset dit qu'il s'agit d'un 'Hok (loi incompréhensible par l'esprit humain), un décret provenant de Moi (Ha-chem) et que tu n'as pas le droit de mettre en question." Ce commentaire de Rachi est apparemment illogique. Premièrement, pourquoi le Satan et les nations se moquent-ils spécialement de cette Mitsva en demandant sa raison? Toutes les Mitsvot de la Torah sont aussi incompréhensibles que celle de la vache rousse, pourquoi celle-ci serait-elle plus mystérieuse que les autres? Deuxièmement, on voit que la réponse d'Hakadoch Baroukh Hou n'en est pas une dans la mesure où Il déclare qu'on ne peut pas comprendre. Pour lever ces interrogations, écoutons ce qu'enseigne Rabbi Nathan au nom de Rabbi Na'hman: "La vache rousse purifie les impurs et impurifie les purs, ce qui est évidemment absolument impossible à comprendre pour l'esprit humain. C'est précisément la raison pour laquelle elle répare l'impureté de mort, car l'impureté de mort est le symbole de ceux qui font tout dépendre de leur intelligence et qui nient l'aspect divin de la Torah. C'est pourquoi, grace au commandement de la vache rousse qui est un 'Hok, c'est à dire un décret divin incompréhensible pour nous, on nous enseigne que la Torah toute entière est en vérité un 'Hok, et que nous ne pouvons pas la mettre en question. Et voila comment on annule l'impureté de mort, en croyant en Ha-chem Itbarakh et Ses Mitsvot, sans les faire dépendre de notre compréhension intellectuelle, en les mettant en pratique parce qu'il s'agit d'un 'Hok, ce qui représente l'essentiel de notre Emouna (Foi)." (Likoutey Halakhot, Néfilat Apaïm 4). Dans le mode de pensée des nations, il semble inconcevable qu'on puisse faire une chose sans en comprendre le sens ou la raison, si une chose est incompréhensible elle n'a pas de raison d'exister. Cette idée est le contraire même de l'essence de l'attachement du peuple juif à Hakadoch Baroukh Hou car quand D-ieu nous a donné la Torah, les enfants d'Israël ont proclamé d'une seule voix: "Naassé vé nichma - Nous ferons et nous comprendrons (ensuite)". On déduit de cela que celui qui base son attachement envers Ha-chem sur sa capacité à comprendre nie l'essence même de cet attachement. Ce comportement relève d'un certain orgueil qui consiste à penser qu'il nous est possible de juger ou critiquer les commandements du Créateur, comme si notre esprit humain limité pouvait saisir Sa sagesse illimitée. A ce sujet Rabbi Na'hman enseigne que si nous pouvions comprendre D-ieu, il ne serait pas D-ieu. Et dans la réalité, on peut voir que ceux qui sont éloignés de la dévotion justifient cet éloignement par le fait qu'ils ne sont "pas d'accord avec cela" ou qu'ils ne "comprennent pas" ou qu'ils jugent que "ce n'est pas pour moi", leur intelligence (Nichma) précède leur action (Naassé). Néanmoins D-ieu ne nous demande pas de rester ignorants, la preuve en est qu'il nous a donné la Torah, Il nous demande de faire sans comprendre dans un premier temps, ensuite la compréhension viendra. Mais cette compréhension ne sera pas seulement intellectuelle, ce sera une compréhension vécue, intériorisée au plus profond de notre être, une réponse divine inscrite dans notre coeur, notre esprit et notre chair. On comprend donc la réponse de D-ieu à la moquerie des nations: il n'y a rien à comprendre, c'est à dire que celui qui accepte cela obtiendra des réponses grace à la Emouna, qualité que seul le peuple juif possède en lui à la perfection. Quant à la première question que nous avons posée: pourquoi cette Mitsva est-elle questionnée par le Satan et les nations et pas les autres Mitsvot alors qu'elles sont tout autant incompréhensibles? Il faut déduire que la vache rousse possède en elle une particularité qui est absolument propre au peuple juif et qui, plus que les autres, est aux antipodes de la sagesse des nations, c'est pourquoi ils s'interrogent. Cette particularité de la vache rousse est qu'elle purifie les impurs, c'est à dire que D-ieu est toujours prêt à pardonner chaque Juif, même s'il a fait les pires des fautes et qu'il est atteint de l'impureté de mort. Même si la logique voudrait qu'un juif soit coupable de mort, Ha-chem possède envers Son peuple un amour infini qui dépasse les règles de la logique, cet amour est incompréhensible, c'est un 'Hok que ni les nations, ni le Satan ne peuvent comprendre. Alors, frère juif, soeur juive, accroche-toi à cet amour et reprends-toi en main, Amen.
LA MOQUERIE
• Le moqueur sera dominé par sa femme. • A cause de la moquerie on tombe en marchant. • La moquerie entraine au mensonge. • Elle entraine aussi des déplacements incessants d'un endroit à l'autre. • La flatterie amène à la moquerie. • Le fait de se moquer attire les souffrances sur le moqueur. • A cause de la moquerie on n'a pas de sagesse. • La moquerie peut provoquer des incendies. • Toute moquerie est interdite sauf celle qu'on fait sur l'idôlatrie. • La moquerie réduit nos revenus financiers.
Il est permis à Chabat de parler du prix d'un objet qu'on a déjà payé. On pourra aussi en parler même si on ne l'a pas encore payé mais que son prix est fixe, c'est à dire qu'on a pas besoin de le calculer dans sa tête pour trouver sa valeur. Cependant, si on sait qu'une personne présente est intéressée par l'acquisition d'un certain objet, on n'aura pas le droit de dire pendant Chabat à quel prix on l'a payé. A l'inverse, s'il n'a pas la volonté de l'acheter et qu'il s'agit d'une simple discussion, on peut annoncer le prix. Néanmoins, il vaut mieux s'abstenir de parler d'argent afin de ne pas faire rentrer des choses profanes dans la sainteté du Chabat, car ce n'est pas une chose convenable pour celui qui craint le ciel.(Yalkout Yossef)Il est permis à Chabat de parler du prix d'un objet qu'on a déjà payé. On pourra aussi en parler même si on ne l'a pas encore payé mais que son prix est fixe, c'est à dire qu'on a pas besoin de le calculer dans sa tête pour trouver sa valeur. Cependant, si on sait qu'une personne présente est intéressée par l'acquisition d'un certain objet, on n'aura pas le droit de dire pendant Chabat à quel prix on l'a payé. A l'inverse, s'il n'a pas la volonté de l'acheter et qu'il s'agit d'une simple discussion, on peut annoncer le prix. Néanmoins, il vaut mieux s'abstenir de parler d'argent afin de ne pas faire rentrer des choses profanes dans la sainteté du Chabat, car ce n'est pas une chose convenable pour celui qui craint le ciel.(Yalkout Yossef)


Haut de page

 
 
Accueil  |  Rabbi Nachman  |  Photos  |  Vidéos  |  Cours  |  Contactez-nous
 
Tous droits réservés © Breslev.ca 2012
Un grand remerciement à Rav. Eliyahou Haviv pour ses textes et Dvars Torahs.
Site Développé par