Inscrivez votre email ici pour recevoir des Dvar Torah, nouvelles et autres courriels:
 
Liens Breslev:
 
moharan.com
Breslev.fr
Rabbinahman.com
Breslov.com (en anglais)
Breslev.co.il (en hébreu)
Radio Breslev (en hébreu)
Des Questions?
Écrivez nous à
info@breslev.ca

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Voir archive
Korach (5767)
SAINTETÉ OU IMPURETÉ
"Je n'ai pris l'âne d'aucun d'entre eux." (Bamidbar 16- 15) Donnons une courte explication de la différence entre la sainteté (Kédoucha) et l'impureté (Touma), telle qu'elle est présentée dans le "Lékèt Amarime" du Rav Cheikhter: "La Kédoucha est le symbole de celui qui répand et donne, c'est à dire que l'homme n'est venu sur terre que pour donner, agir afin de dévoiler le nom de D-ieu aux autres, agir au nom de la sainte Torah et répandre des bienfaits, matériels ou spirituels, à la collectivité et aux particuliers. Et tout ce qu'on prend d'Hachem Itbarakh, n'est pris que dans le but d'être redistribué. En sens inverse, la Touma (impureté) consiste à vouloir et aspirer une chose uniquement pour son intérêt personnel, ses passions et son orgueil. Elle réside dans l'intention de se faire du bien uniquement à soi." Dans la mesure où Ha-chem a créé le monde pour faire du bien à ses créatures, la sainteté consiste à Lui ressembler en rayonnant sur son entourage, sans attendre quoi que ce soit en retour, sinon on rentre à nouveau dans le domaine de l'impureté, du "pour soi". Et en vérité, il est difficile de connaitre la motivation réelle de nos actions de bienfaisance, si nous n'en retirions aucune jouissance personnelle, est-ce que nous les aurions faites avec autant d'entrain, aurions nous donné autant? C'est pourquoi nos Sages enseignent que le plus grand degré de Tsédaka consiste à donner sans que la personne qui reçoit sache d'où proviennent ses bienfaits. En faisant ainsi, on est sûr de ne retirer aucun bénéfice "personnel" de notre Mitsvah, pas de prestige en tant que donateur ou de jouissance devant la reconnaissance admirative, parfois soumise, de celui à qui on a prodigué ses bienfaits. Parfois, on remêt de grosses sommes d'argent à un Tsadik dans le but d'obtenir sa considération et surtout dans l'espoir de recevoir une bénédiction pour ses affaires personnelles, pas parce que le Tsadik redistribuera cet argent comme il convient. L'intention est tellement importante que nos Sages ont déclaré dans le Talmud: "Une faute faite pour le Nom de D-ieu est plus appréciée par Ha-chem qu'une bonne action qui n'est pas faite pour le Nom de D-ieu!" (Nazir 23a). Dans les Pirkey Avot, il est enseigné:"Ce qui est à moi est à toi et ce qui est à toi est à toi", ce qui signifie que quand je te donne ce qui est à moi, je ne dois pas attendre en retour que tu me donnes quelque chose, ce qui est à toi reste à toi. La sainteté consiste à donner sans calcul de contrepartie. L'incompréhension de ce principe est à la base de tous les conflits humains et plus particulièrement dans les rapports de couple. Les problèmes de couples proviennent essentiellement du fait que chacun a l'impression (parfois authentique) de ne pas recevoir autant qu'il donne. Si seulement les deux partenaires aspiraient à donner plus qu'ils ne recevaient, tous les conflits conjugaux s'arrangeraient et le Chalom règnerait à la maison. Hélas, notre génération est sous l'emprise (momentanée) de l'influence occidentale où tout est basé sur le plaisir personnel et l'égocentrisme, l'autre n'existe que dans la mesure où il représente un intérêt quelconque à mes yeux. Même mes amis ne le sont que parce qu'ils partagent les mêmes activités ludiques ou économiques que moi. Par exemple, quand on est invité à une fête dans l'intention d'y recevoir des honneurs, on ressortira souvent déçu de n'avoir pas été traité comme il convient. Mais si l'on est venu dans l'unique intention de donner de la joie aux mariés ou au Bar-Mitsvah, on ressort heureux et comblé. Par conséquent, le principe essentiel de la Kédoucha est de vouloir donner, donner et encore donner, sans attente de contrepartie. Ceci constitue toute la différence entre Moché Rabbénou et Kora'h. Car Moché ne pensait jamais à lui, il se donnait complètement à son peuple car il avait compris à quel point le 'Am Israël était important pour D-ieu (Likoutey Moharane 79). A tel point qu'il disait à Ha-chem: "Que Moché et mille comme lui meurent mais que ne meure aucun enfant d'Israël" (Midrach Tan'houma Vaèt'hanan). A l'inverse, Kora'h réclamait le pouvoir pour lui, et nos Sages expliquent qu'il avait vu que sortiraient de sa descendance des dirigeants du peuple d'Israël. Il en conclut alors que ses exigences étaient justifiées et que sa démarche était désintéréssée et trouva la force de s'opposer à Moché. Mais le berger fidèle d'Israël n'était pas dupe et il demanda à Ha-chem:" N'accepte pas les offrandes de Kora'h et son assemblée car je n'ai pris l'âne d'aucun d'entre eux", c'est à dire que Moché avouait qu'il donnait au peuple sans en retirer d'intérêt, il ne profitait pas de sa position pour utiliser les facilités de chacun, il préférait marcher à pied plutôt que d'utiliser l'âne d'un autre. Tandis que Kora'h, déguisé sous les meilleures intentions du monde, avec des prophéties à la clef, ne recherchait en vérité que son intérêt personnel. La morale de cette histoire, pour nous qui ne sommes pas encore parfaits, est de rechercher les actions désintéressées. Donner à son conjoint, ses enfants, ses amis ou même un inconnu, juste pour faire du bien, à l'image d'Ha-chem. Accepter que rien ne nous revient et cesser de faire des comptes d'apothicaires quand on donne, ne pas calculer ce qu'on va en retirer. Grace à cette attitude, on rentrera de plein pied dans le camp de la sainteté, jusqu'à la venue du Machia'h Tsidkénou, qui enlèvera totalement de nous l'orgueil et l'égoïsme, Amen!
RECEVOIR DES INVITÉS (suite)
-"Recevoir des invités est plus grand que construire une maison d'études ou de recevoir la face de la Présence Divine (Chékhina)." -"Celui qui n'est pas souvent entouré de Rabbins (notamment en les invitant), ressemble à un Samaritain (qui ne reconnait pas la Torah orale)." -"Celui qui pratique l'hospitalité est craint par les autres." -"Grace au fait de recevoir des invités, une femme peut récuperer ses menstrues (si elle les avait perdues)." -"Grace à la sanctification (du Nom) d'Ha-chem Itbarakh, le prestige des chefs (authentiques) de la génération se renforce. Et grace à cela, la Mitsvah de recevoir des invités devient importante aux yeux de tous, ce qui permet alors à ceux qui étudient la Torah que la loi soit comme ils l'ont prescrite." Commentaire: Les vrais chefs de la génération sont les Tsadikim authentiques grace au mérite desquels toutes les bénédictions descendent dans ce monde. A l'image du Créateur, ces chefs sont voilés par l'illusion de notre monde matèriel. Quand on sanctifie le Nom de D-ieu, c'est à dire quand on dévoile que D-ieu dirige le monde pour le bien, ceci jusque dans les moindres détails, on lève le voile de l'illusion de ce monde qui veut nous faire croire que nous sommes les maitres de tout. Et une fois que cette illusion est levée, la vérité se dévoile et par conséquent se dévoilent les vrais chefs de la génération qui sont les Tsadikim authentiques, ceux qui ont vraiment compris la volonté de D-ieu grace à leur étude de la Torah et leur dévotion. Alors les "lois" dévoilées par ces Tsadikim sont acceptées par tous et le peuple d'Israël se renforce dans la foi (Emouna). Ce mécanisme est aussi vrai en sens inverse, quand on dévoile au monde les enseignements des Tsadikim authentiques, il s'ensuit une sanctification du Nom de D-ieu. Alors la Mitsvah de recevoir des invités (Akhnassat Or'him) devient importante aux yeux de tous, c'est à dire que chacun a le mérite de ne comprendre à quel point il est important de vivre dans la paix, la bonté et la fraternité, et ces trois valeurs sont incluses dans la Mitsvah d'Akhnassat Or'him. Grace aux enseignements des Tsadikim, l'être humain perçoit qu'il n'est qu'un invité dans ce monde et que sa vraie maison l'attend, pleine de lumière, après 120 ans.
Il est interdit de transporter à Chabat des écorces de noix ou d'oeuf ou tout type d'écorce ou d'épine dures et sèches qui ne sont pas comestibles, même pour les animaux. Ceci d'après le principe que tout objet qui ne rentre pas dans la définition de
CONSEIL
"Tu dois savoir que dans chaque souffrance et dans chaque problème on peut trouver un "élargissement" (c'est à dire une raison de trouver du bon dans ce qui nous arrive). Cet "élargissement" n'est pas seulement présent dans l'espoir que par Sa bonté Il nous sauvera et annulera l'objet de notre souffrance, il se trouve à l'intérieur même de cette souffrance. Recherche bien cet "élargissement" (Har'hava) et grace à cela tu pourras supporter et toujours accepter avec amour ce que tu endures, rien ne t'écroulera et tu t'approcheras constamment d'Ha-chem Itbarakh. Et grace à cela, Ha-chem Itbarakh te sauveras." (Likoutey Etsot, Savlanout 8) Commentaire: Quand on recherche vraiment le bien qui se cache dans une situation catastrophique, D-ieu répond à nos questions et dévoile devant nous le bien incroyable caché dans cette situation. Toute personne qui a eu la foi de se comporter ainsi en temps d'épreuve peut témoigner que jamais elle ne s'est autant rapproché d'Ha-chem et qu'elle a trouvé un bien incroyable caché dans sa souffrance, un bien qu'elle n'aurait peut-être jamais reçu sans cette épreuve.



Haut de page

 
 
Accueil  |  Rabbi Nachman  |  Photos  |  Vidéos  |  Cours  |  Contactez-nous
 
Tous droits réservés © Breslev.ca 2012
Un grand remerciement à Rav. Eliyahou Haviv pour ses textes et Dvars Torahs.
Site Développé par