Inscrivez votre email ici pour recevoir des Dvar Torah, nouvelles et autres courriels:
 
Liens Breslev:
 
moharan.com
Breslev.fr
Rabbinahman.com
Breslov.com (en anglais)
Breslev.co.il (en hébreu)
Radio Breslev (en hébreu)
Des Questions?
Écrivez nous à
info@breslev.ca

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Voir archive
Matot (5767)
VOEUX ET SERMENTS
"Moché parla aux chefs des tribus d'Israël et leur dit la chose que D-ieu avait ordonné: Un homme qui fera un voeu ou prononcera un serment..." (Matot 30, 2 et 3) Rabbi Nathan explique que les voeux et serments sont des choses extrêmement étonnantes. En effet, la Torah donne la possibilité à l'homme de s'interdire personnellement une action par l'intermédiaire d'un Néder (voeu) ou d'une Chvoua (serment). L'exemple le plus fameux est celui du Nazir qui fait le voeu de s'abstenir de vin pendant 30 jours (Paracha Nasso). Il s'avère donc qu'un homme a la possibilité de créer pour lui de nouvelles Mitsvot qui ne sont pas écrites dans la Torah. Si je fais le voeu de réciter chaque jour 10 psaumes, cette récitation me devient obligatoire d'après la Torah. Et chaque fois que je les récite, cela m'est compté comme une Mitsva, mais si je l'oublie (D-ieu en préserve) ce sera considéré comme une faute. Ainsi, ce qui était facultatif (la récitation de 10 psaumes) devient pour moi une obligation. J'ai donc créé, si l'on peut dire, une Torah nouvelle. Néanmoins, on ne devra prononcer aucun voeu ou serment sans avoir auparavant consulté un Rav compétent car les Sages ont insisté sur la gravité de faire certains voeux. Rabbi Nathan continue et explique: puisque toute chose peut faire l'objet d'un Néder, elle peut donc rentrer dans le cadre d'une loi de la Torah qui n'existait pas auparavant et devient directement reliée à la Torah. Il faut comprendre de cela qu'en vérité, il n'existe rien qui ne soit pas attachée à la Torah, c'est à dire à la volonté divine. Il faut savoir que de l'infiniment petit à l'infiniment grand, tout a été créé dans une intention précise même si nous ne pouvons le comprendre, on peut retrouver D-ieu partout. Par conséquent, nous pouvons retenir trois leçons de cet enseignement. Premièrement, D-ieu a donné au Juif la possibilité incroyable d'augmenter, en ce qui le concerne personnellement, le nombre des Mitsvot et de créer ainsi une nouvelle Torah. C'est une des dimensions explicatives de ce que les Sages enseignent quand ils disent que le Juif est le partenaire de D-ieu dans la création. Deuxièmement, nous devinons ainsi la force de la parole car il suffit qu'on prononce un voeu avec sa bouche pour que celui-ci devienne valide autant que n'importe quelle autre loi. Et celui qui veut s'en défaire ne le pourra qu'en se présentant devant un Talmid 'Hakham ou trois personnes afin qu'ils le délient de son voeu. Quand D-ieu a créé le monde, il l'a fait avec la parole, il parlait, c'est à dire exprimait le voeu de créer une chose et réalisait ensuite sa promesse. De la même manière, quand un Juif fait un voeu, il crée lui aussi une nouvelle loi et se doit alors de la respecter pour ressembler au Créateur qui parle et accomplit. Troisièmement, nous avons appris du voeu que tout pouvait être rattaché à la Torah. Néanmoins, cette capacité de retrouver et de comprendre dans chaque chose quel est son lien avec la Torah, c'est à dire en quoi cette chose peut-elle me permettre de me rapprocher d'Ha-chem, cette capacité est l'apanage des Tsadikim de la génération. Rabbi Nathan explique que c'est la raison pour laquelle notre verset de référence dit: "Moché parla aux chefs des tribus d'Israël (Raché Ha Matot)". Il n'est mentionné pour aucune autre Mitsva que Moché s'adressa aux chefs des tribus si ce n'est pour celle des voeux et serments. Les chefs représentent les Tsadikim de la génération qui ont eux seuls la capacité de pouvoir rattacher tous les éléments du monde matèriel à la Torah Hakédocha qui nous a été transmise par Moché Rabbenou. C'est pourquoi il nous faut rechercher ces chefs afin de ne pas être dupe de l'illusion de ce monde et de pouvoir retrouver, ou croire, que la volonté de D-ieu est omniprésente. (Adapté du Likoutey Halakhot, Hilkhot Nédarim 8)
SEFER HAMIDOT
"Grâce à l'humilité, on obtient la Emouna." L'orgueilleux a tendance à croire que tout dépend de lui et même la réalité semble lui montrer que la réussite dépend de ses efforts (afin qu'il ait un libre-arbitre), il s'empêche alors de ressentir que tout vient d'Ha-chem. Cependant, l'homme qui a une démarche humble,c'est à dire qu'il comprend qu'en vérité rien ne dépend de lui si ce n'est craindre le ciel et qui reconnait sa petitesse et son ignorance par rapport au Créateur, celui-là laisse la porte ouverte à D-ieu et reçoit en échange un cadeau merveilleux: la Emouna. Celle-ci l'aidera à devenir le plus heureux des hommes.


Haut de page

 
 
Accueil  |  Rabbi Nachman  |  Photos  |  Vidéos  |  Cours  |  Contactez-nous
 
Tous droits réservés © Breslev.ca 2012
Un grand remerciement à Rav. Eliyahou Haviv pour ses textes et Dvars Torahs.
Site Développé par