Inscrivez votre email ici pour recevoir des Dvar Torah, nouvelles et autres courriels:
 
Liens Breslev:
 
moharan.com
Breslev.fr
Rabbinahman.com
Breslov.com (en anglais)
Breslev.co.il (en hébreu)
Radio Breslev (en hébreu)
Des Questions?
Écrivez nous à
info@breslev.ca

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Voir archive
Vaera (5767)
LE REFUS DE MOCHE RABBENOU
Imaginez que D-ieu vienne vous demander d'accomplir une mission. Oseriez-vous la lui refuser ? Comment comprendre alors que Moché Rabbenou, le serviteur fidèle du Créateur, refusa plusieurs fois d'aller libérer le Peuple d'Israël jusqu'au point où il provoqua la "fureur divine"? Rabbi Nathan va nous expliquer que Moché appuyait son refus sur sa conception personnelle de la vérité. En effet, grace à la sainteté de sa 'hokhma (sagesse), Moché avait compris que le peuple se révolterait et fauterait contre D-ieu et lui et qu'il n'arriverait pas à obtenir la délivrance définitive que nous attendons encore. Il se demandait pourquoi entamer une mission vouée à l'échec. Néanmoins sans le savoir Moché répétait une erreur qui avait eu lieu des siêcles auparavant, juste avant la création du monde. Cette erreur est appelée "Kitroug Hamalakhim": l'accusation des anges. Le Midrach nous raconte qu'avant de créer l'homme, Ha-chem demanda aux anges si l'homme méritait d'être créé. Une partie des anges, notamment l'ange de la "vérité" s'y opposa fermement en argumentant que les êtres humains fauteraient dans le futur. Malgré la véracité de leurs propos, Ha-chem créa l'homme démontrant ainsi aux anges qu'ils s'étaient trompés. D-ieu fit comprendre à Moché Rabbenou que sa vérité provenait de la vérité des anges. Cette vérité consiste en une opposition et une accusation contre toute créature qui ne se comporterait pas parfaitement envers le Créateur. Comment libérer un peuple qui va faire le Veau d'or et fauter gravement à plusieurs reprises dans le désert pensait Moché, répèrcutant ainsi la vérité des anges. Ha-chem lui expliqua cette erreur au début de notre Paracha en disant: "Je me suis dévoilé à Avraham, Its'hak et Yaakov sous le Nom d' EL CHAKAÏ et Mon Nom YKVK Je ne leur ai pas fait connaître." (Exode 6- 3). C'est à dire qu'il n'est pas possible de dévoiler toute la vérité en une fois. La vérité doit être découverte par étapes afin de laisser aux hommes la possibilité d'avoir un libre arbitre. Par conséquent il n'est absolument pas possible de comprendre les Voies Divines. Cette réponse du verset vint en rapport aux accusations de Moché contre D-ieu après que Pharaon, au lieu de laisser partir le Peuple, ait augmenté le poids de nos souffrances. Moché ne comprenait pas le Comportement Divin de la même manière qu'il n'avait pas comprit pourquoi il devait libérer un peuple qui allait se révolter dans le futur. Toutes les questions sur D-ieu proviennent du fait que le Créateur cache une partie de la vérité afin que nous ayons la possibilité d'avoir un libre arbitre. Si nous pouvions tout comprendre, si tout était clair, nous n'aurions pas d'autre choix que de servir D-ieu et nous n'aurions plus aucun mérite. Devant toutes les questions qui se posent, nous devons répondre par la Emouna, la Foi que même dans les évènements les plus difficiles se cache la Bonté Divine. Il nous est impossible de tout comprendre et même le plus grand Tsadik ne peut pas entièrement appréhender la Grandeur de D-ieu car celle-ci est infinie. Voila donc la signification de notre verset: Je me suis montré à toi Moché sous le Nom YKVK qui est un dévoilement plus grand que celui d'Avraham, Its'hak et Yaakov auxquels je n'ai montré que Mon Nom EL CHAKAÏ. Néanmoins, même toi tu ne pourras pas saisir la vérité dans son entièreté. Par conséquent même si tu devines grace à ton niveau de vérité que le Peuple d'Israël se révoltera contre Moi, tu dois malgrè tout annuler ta sagesse devant la mienne et faire ce que Je t'ordonne. Ce d'Egypte et don de la Torah - est une grande chose mais ce qui se passera ensuite n'y prête pas attention car ce que tu auras accompli de bien ne sera jamais perdu. En attendant que le Machia'h vienne donner toutes les réponses aux questions que nous nous posons, en attendant qu'il vienne dévoiler à quel point tout ce qu'a fait D-ieu était pour le bien, nous devons nous renforcer dans une foi simple et authentique et mettre nos questions de côté. Notre histoire personnelle représente un microcosme de l'histoire collective du Peuple Juif et toutes nos épreuves nous serons bientôt expliquées.
SEFER HAMIDOT
-"Le signe distinctif du mensonge est que la majorité des hommes (sages) ne le reconnaissent pas et il fait partie des trois choses qu'Hakadoch Baroukh Hou déteste". Commentaire : Les Sages de la génération sont le rempart de la vérité. Grace à eux nous évitons de tomber dans les faux systèmes de pensée. En effet, le mensonge ne peut pas tenir sans être mélangé avec de la vérité. Cet aspect véridique du mensonge lui donne une apparence de sainteté et sans les grands Sages de la génération nous serions les victimes de ces faux systèmes. -"Notre connaissance (Daat) ne supporte pas qu'un homme riche mente et lui même est méprisable à ses propres yeux". Commentaire : Quand nous voyons un homme riche qui a réussit grace au mensonge, notre système de pensée se révolte devant cette apparente injustice qu'est la réussite financière du menteur. Néanmoins, Rabbi Nah'man nous dévoile ici que la punition de celui ci est qu'il est méprisable à ses propres yeux et par conséquent qu'il ne tire pas de jouissance authentique de sa richesse. -"Celui qui veut réparer sa bouche doit donner la Tsédakah (charité)". Commentaire : toutes les mauvaises paroles que nous avons sorties de notre bouche (mensonge, moquerie, vulgarité, lachone ara etc...) sont des forces négatives qui se propagent autour de nous. Le moyen de contrer ces forces est de les inverser par des forces positives qui sont les pièces de Tsédakah que nous mettons dans la boite par la fente qui est elle même en forme de bouche ouverte (pour le bien cette fois ci). -"Grace à la vérité le monde est protégé de tous les préjudices" Commentaire: Tous les préjudices et les problèmes proviennent du Yetser Ara qui puise sa force dans le mensonge. Quand un individu reste toujours attaché à la vérité et la répand, il répand alors le bien sur lui et dans le monde et annule les mauvais décrets. Nos problèmes ne viennent que du fait que nous gardons en nous une part de mensonge, ils nous appelent à rechercher celle-ci afin de l'annuler et d'annuler ainsi les problèmes. -"La flatterie amène au mensonge" Commentaire: Le flatteur recherche toujours un interêt chez la personne à qui il prodigue ses flatteries. Pour s'attirer les graces de cette dernière, il exagèrera et modifiera la vérité au point de tomber dans le mensonge. Qui ne s'est pas surpris à jouer les flatteurs devant une personne dont il avait besoin et à sourire et gesticuler alors qu'il n'en avait pas envie. On ressent parfaitement le mensonge d'un tel comportement. En revanche, celui qui reste toujours vrai possede en lui une grace authentique qui lui permettra d'arriver à ses fins en gardant sa dignité. -"Celui qui donne la Tsédaka (charité) recevra la vérité en récompense" Commentaire: A celui qui s'occupe de faire du bien aux autres, D-ieu donne la vérité en récompense, c'est à dire qu'il ouvre les yeux de l'individu sur les chemins à suivre et ceux à ne pas suivre. Même l'étude de la Torah de celui qui fait du bien aux autres est beaucoup plus efficace que celui qui n'en fait pas car la Tsédaka constitue la mise en pratique du principe "tu aimeras ton prochain comme toi-même" sur lequel repose toute la Torah.


Haut de page

 
 
Accueil  |  Rabbi Nachman  |  Photos  |  Vidéos  |  Cours  |  Contactez-nous
 
Tous droits réservés © Breslev.ca 2012
Un grand remerciement à Rav. Eliyahou Haviv pour ses textes et Dvars Torahs.
Site Développé par