Inscrivez votre email ici pour recevoir des Dvar Torah, nouvelles et autres courriels:
 
Liens Breslev:
 
moharan.com
Breslev.fr
Rabbinahman.com
Breslov.com (en anglais)
Breslev.co.il (en hébreu)
Radio Breslev (en hébreu)
Des Questions?
Écrivez nous à
info@breslev.ca

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Voir archive
Vaera (5769)

Dédiée à la libération de Jonathan Pollard et Guil’ad Shalit. A l’élévation des âmes d’Albert Avraham Tordjman ben Sim’ha et de Gérard ‘Haï Témim ben Emma. A la réfoua chéléma de Rina Brakha bat Esther et Ruth yakot bat Icha.

« Ils n’écoutèrent pas Moshé à cause de la respiration courte et du travail difficile ».

Le contexte: Moshé revient annoncer aux enfants d’Israël que D-ieu va les délivrer mais ils n’y croient pas.
Rabbi Nathan enseigne au sujet de ce verset:

« Le mauvais penchant les détourna en rétrécissant leur perception intellectuelle. Ils se disaient en leur cœur qu’à cause de leurs imperfections ils ne méritaient pas de miracles. Cette faille dans leur émouna (foi) provenait essentiellement d’une humilité mal placée qui entraîna l’erreur de ne pas écouter Moshé » (Likoutey halakhot téfilin 6).

Si l’on pouvait résumer en quelques mots ce que les enfants d’Israël ont ressenti cela donnerait: c’est trop beau pour être vrai!

Mais qui suis-je pour mériter autant de bonheur?

Un film qui raconterait une histoire sans problèmes avec une fin heureuse ne ferait pas beaucoup d’entrées. Une chaine d’informations qui se concentrerait uniquement sur des bonnes nouvelles n’aurait pas non plus une forte audience. Cela s’appelle la culture mitsraïm : les choses se terminent généralement mal.
La culture mitsraïm  nous conditionne plus qu’on ne le croit mais on peut déceler son influence dans nos réactions habituelles. Lorsque nous apprenons une mauvaise nouvelle une sorte de voix intérieure nous fredonne qu’ainsi va la vie, le mal est nor...mal. Mais lorsqu’on entend une bonne nouvelle miraculeuse on dit immédiatement que c’est « incroyable », ça n’arrive pas tous les jours, certains cherchent même le hic.

Tel est le travail du mauvais penchant : noir c‘est noir il n’y a plus d’espoir.

Rabbi Nathan nous enseigne avec quelle logique il s’y prend:

Comment veux-tu que D-ieu te fasses du bien alors que tu fautes régulièrement? Et donc tu ne mérites pas de miracles, au contraire. Et puisque D-ieu n’est pas prêt à te faire du bien gratuitement, miraculeusement (je t’ai dit que tu ne le méritais pas!) alors tu vas devoir te débrouiller tout seul et travailler très dur si tu veux t’en sortir, travailler au point d’en avoir le souffle coupé.

Ils n’écoutèrent pas Moshé à cause de la respiration courte et du travail difficile.

L’humilité mal placée consiste à ne pas penser qu’on puisse être digne d’un miracle. Rabbi Na’hman enseigne que cette forme d’humilité est éminemment orgueilleuse car elle prétend savoir mieux que D-ieu ce que nous pouvons recevoir ou pas. Elle est basée sur une mentalité d’exil qui consiste à décider par nous-mêmes de nos punitions. C’est à cause d’elle que nous ne recevons pas le bien que D-ieu nous envoie constamment.

Lorsqu’à la guerre des six jours les arabes s’enfuirent et nous laissèrent le mont du temple, nous n’avions plus qu’à accepter le cadeau. Mais c’était trop beau pour être vrai et un général s’envola en hélicoptère pour aller rassurer le mufti que ses ouailles pouvaient revenir habiter en toute sécurité à l’endroit du Bet Hamikdach. Ce jour là la délivrance finale fut retardée.

De la même manière à titre individuel nous avons du mal à imaginer que le gros lot puisse nous revenir, alors nous ne jouons pas et si nous jouons c’est sans conviction car ce serait trop beau pour être vrai. Or c’est justement cette conviction qui constitue la clef qui ouvre la porte à D-ieu.

Alors ouvrons la porte à D-ieu en commençant à croire en sa bonté illimitée, illogique. Afin de briser le rythme infernal de l’exil et  vivre avec Lui. C’est Son plus grand souhait.

1, 2, 3…respirez



Haut de page

 
 
Accueil  |  Rabbi Nachman  |  Photos  |  Vidéos  |  Cours  |  Contactez-nous
 
Tous droits réservés © Breslev.ca 2012
Un grand remerciement à Rav. Eliyahou Haviv pour ses textes et Dvars Torahs.
Site Développé par