Inscrivez votre email ici pour recevoir des Dvar Torah, nouvelles et autres courriels:
 
Liens Breslev:
 
moharan.com
Breslev.fr
Rabbinahman.com
Breslov.com (en anglais)
Breslev.co.il (en hébreu)
Radio Breslev (en hébreu)
Des Questions?
Écrivez nous à
info@breslev.ca

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Voir archive
Vayakhel / Pekudei (5769)

PARACHA VAYEKEL
« Pendant six jours on travaillera, mais au septième vous aurez une solennité sainte, un chômage absolu en l’honneur de HM … »  exode 35-2

Le Tsadik Véritable symbolise le Shabbat. C’est ainsi que Rabbi Shimon Bar Yohaï avait été surnommé par ses compagnons. Les Sages nous apprennent (Shabbat 69b) qu’un homme qui se trouve dans un désert et qui ignore quand débute Shabbat, doit compter six jours puis sanctifier le septième comme étant Shabbat. Mais ils ont également ajouté que lors des six premiers jours il lui sera interdit de réaliser tout travail prohibé le Shabbat sauf s’il s’agit de sauver sa vie. La seule différence aura lieu le septième jour lors duquel se feront le kidouch (sanctification du Shabbat sur une coupe de vin) et la havdala (bénédiction marquant la fin du Shabbat, célébrée aussi sur une coupe de vin).

On peut dresser un parallèle entre cette loi et le rapprochement au Tsadik de son époque. En effet, le monde d’aujourd’hui baigne dans la confusion à cause des clans qui existent entre les érudits ; on ne sait plus ni où se trouve la Vérité Absolue ni qui est le Tsadik Véritable capable de nous apporter le remède parfait. En effet, certains défendent un Tsadik et s’opposent aux autres, d’autres croient en tous les Tsadikims sauf aux disciples du Baal Chem Tov. En fait, il faut avoir confiance en tous les Tsadikim et hommes kachers dont le comportement reflète fidèlement les paroles de nos Sages contenues dans la Guémara, le Midrash, le Zohar et les écrits du Ari Zal. Il faut s’éloigner le plus possible des ‘castes’ qui étudient les sagesses étrangères et qui érigent des dogmes en se référant aux paroles d’Aristote et comparses, que leurs noms soient maudits, et qui remettent en cause la Thora orale et les paroles de nos Sages.

Ainsi, celui qui ignore quand débute le Shabbat, autrement dit celui qui ne connaît pas le Tsadik Véritable – qui représente le septième jour – doit respecter les autres jours comme s’il s’agissait du Shabbat. Il doit croire en tous Tsadikim et les considérer tous comme de grands Sages. Il ne doit cependant réaliser que les travaux nécessaires à sa survie (en cas de danger) et consacrer la plus grande partie de son temps à la prière et à l’étude de la Thora. Il demandera et suppliera D. de mériter de trouver le Tsadik Véritable, l’élu de tous les autres Tsadikim pour procurer un remède à son âme.

Cependant, les Sages ont différencié le septième jour pour nous apprendre qu’il fallait certes respecter tous les Tsadikim, mais aussi choisir l’un d’entre eux et se rapprocher davantage de lui (ce Tsadik correspondra au septième jour qu’il sanctifiera un peu plus que les autres). Et il attendra de trouver le Tsadik parfait et unique, le véritable Shabbat, qui reste son seul véritable espoir.
Likollté Halachot Shabbat 4-13


PARACHA PEKOUDE
«Voici les comptes du tabernacle , du tabernacle de témoignage…» exode 38-21

Le mot ‘michkan’ (tabernacle est répété deux fois car cela fait allusion d’une part à son édification et d’autre part à sa destruction. Nos sages ont expliqué que même détruit, le temple continue à nous protéger. C’est la raison pour laquelle les enfants d’Israël montaient puis démontaient à chaque fois le ‘michkan’ et voyageaient avec lui d’un endroit à un autre, dans un désert obscure où règnent les scorpions et les serpents. Cela servait à montrer aux futurs générations, que même si le tabernacle est détruit, Israël pourra malgré tout traverser en paix les époques les plus sombres à la condition de lier toujours ses pensées au Temple.

C’est par la force des Tsadikim, qui s’affairent à reconstruire le Beth Hamikdache à chaque génération, qu’un juif a la possibilité de traverser les moments les plus difficiles (ce qui est un passage obligé pour toute personne qui souhaite atteindre la sainteté, à plus forte raison pour celle qui a déjà trébuché et qui souhaite revenir). Comme l’a dit Rabbi Nahman  (Likouté Moharan 27) HM nous sauvera de tous les obstacles grâce à ce désir de sainteté que l’on mérite d’avoir lorsqu’on se lie aux tsadikim.
Likouté halakhot birkat hacha’har 5



Haut de page

 
 
Accueil  |  Rabbi Nachman  |  Photos  |  Vidéos  |  Cours  |  Contactez-nous
 
Tous droits réservés © Breslev.ca 2012
Un grand remerciement à Rav. Eliyahou Haviv pour ses textes et Dvars Torahs.
Site Développé par