Inscrivez votre email ici pour recevoir des Dvar Torah, nouvelles et autres courriels:
 
Liens Breslev:
 
moharan.com
Breslev.fr
Rabbinahman.com
Breslov.com (en anglais)
Breslev.co.il (en hébreu)
Radio Breslev (en hébreu)
Des Questions?
Écrivez nous à
info@breslev.ca

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Voir archive
Vayetse

Dédié à la hatsla’ha et la amtakat hadinim pour Claude Mathilde bat Deya et un chidoukh tov pour Tsophia bat Deya, amen ! Pour l’élévation de l’âme de Juliette Chiche bat Rachel Mamou Zal.

«Il prit des pierres de l’endroit, les plaça sous sa tête et s’allongea à cet endroit»

Le contexte:

Après 14 ans passés dans la yéshiva de Chem et Ever Yaakov part chercher une épouse. De passage au mont Moriah il s’arrête pour prier à cet endroit où Avraham et Its’hak prièrent avant lui. Ce lieu n’est autre que l’emplacement du futur saint des saints, le Kodesh hakodashim, en d’autres termes l’endroit le plus saint de la création. D-ieu désire que Ya’akov reste à cet endroit et fait tomber la nuit en pleine journée et Ya’akov, comprenant le message, prépare sa couche en plaçant douzes pierres autour de sa tête. C’est alors qu’il fera le songe prophétique de l’échelle. Le verset nous dit que lorsqu’il se réveille Ya’akov prend la pierre qu’il avait placée sous sa tête et en fait une stèle.

Rashi nous explique pourquoi Ya’akov plaça des pierres autour de sa tête et comment on est passé de plusieurs pierres à une seule pierre lorsqu’il se réveille :

«Il les a placées comme une sorte de cuvette autour de sa tête car il avait peur des bêtes sauvages. Les pierres commencèrent à se disputer les unes avec les autres. Celle-ci disait c’est sur moi que le tsadik posera sa tête et celle-là disait non sur moi. Immédiatement D-ieu les rassembla en une seule pierre».

Il y a des explications qui soulèvent de nouvelles questions…

Comment comprendre qu’en plaçant des pierres autour de la tête on se protège des bêtes sauvages, ne peuvent-elles donc pas attaquer le reste du corps?

Rabbi Na’hman enseigne:

«Il existe des bêtes sauvages qui piétinent et déchiquètent : ce sont les sages de la nature/ha’khmé hatéva. Ils utilisent leur intelligence limitée pour démontrer que tout fonctionne selon les lois de la nature, comme s’il n’y avait pas de volonté divine, D-ieu en préserve. Et même les prodiges extraordinaires que D-ieu a fait pour nous, ils les expliquent par l’intermédiaires des lois de la nature. Par conséquent ces « sages » correspondent à des bêtes sauvages car ils piétinent et déchiquètent nombre de nos frères qui les suivent et pensent comme eux » (Likoutey Moharan II-4/6).

Pour comprendre le message de la Torah il nous faut la clef suivante. Le jour correspond à l’intelligence, la compréhension (c’est clair), tandis que la nuit symbolise l’incompréhension et la foi.

«Raconter le matin Tes bontés le matin et les nuits la foi en Toi» (Mizmor chir léyom hachabat).

Ya’akov, qui possédait une incroyable intelligence grâce à sa sainteté, fut pourtant dépassé lorsqu’il arriva en ce lieu sacré à l’intérieur duquel étaient contenus les plus grands secrets de la création. Les maîtres de la Kabbale enseignent que c’est à partir de ce point géographique que fut créé le monde. Ya’akov avait l’habitude de tout comprendre (le jour), c’est ainsi qu’il faut expliquer le midrash qui dit qu’il ne dormit pas durant les 14 ans qu’il étudia dans la yéshiva de Chem et Ever, c'est-à-dire qu’il servit D-ieu avec son intelligence.

Néanmoins, si l’on pouvait comprendre tout ce que fait D-ieu il ne serait plus D-ieu nous dit Rabbi Na’hman.

La véritable grandeur du juif réside essentiellement dans la confiance qu’il à envers D-ieu, on le voit dans les épreuves qu’il envoya aux patriarches. Car si on ne devait servir D-ieu que lorsqu’on Le comprend cela reviendrait à mettre des conditions à notre relation avec Lui.

Bien évidemment il faut utiliser notre intelligence pour Le servir, étudier la Torah ne se fait pas les yeux fermés, mais la vie nous entraîne invariablement vers des situations où il faut se remettre entre Ses mains avec une foi parfaite. Des situations ou la prière prend la place de l’étude, les deux se renforçant mutuellement.

«Bémoufla mimékha al tidrosh/ce qui te dépasse ne l’explique pas!».

Les sages de la nature sont appelés des bêtes sauvages car ils ne respectent pas ce principe. Ils ne peuvent se résoudre à croire que le monde fut créé à partir de rien, cela dépasse leur logique humaine. Ils construisent alors de multiples théories fallacieuses dont le point commun est d’évacuer l’existence de D-ieu. Et comme ils ont l’air d’être très sérieux les gens les suivent et abandonnent la foi, et leurs âmes sont piétinées et déchiquetées telle une antilope attaquée par des bêtes sauvages.

Ce sont les mêmes « sages » qui prétendaient il y a quelques siècles que la terre ne pouvait être ronde, ils avaient l’air tellement sérieux lorsqu’ils expliquaient que si elle était ronde les gens tomberaient, c’était tellement logique.

Cette erreur nous concerne aussi lorsqu’au lieu d’accepter avec foi une situation nous essayons de l’expliquer. Nous tirons alors de fausses conclusions qui nous font souffrir car elles nous éloignent de D-ieu, même si on croit en Lui. Les conclusions de ces faux raisonnements sont toujours les mêmes : D-ieu est loin de moi, Il ne m’aime pas tant que ça. Il me frappe pour le bien.

Il s’agit encore de la même erreur : refuser de dormir, laisser l’intelligence outrepasser ses droits et abimer notre joie de vivre avec D-ieu. Les bêtes sauvages sont aussi responsables de cela.

Et si on se reposait un peu?

Chabat chalom.



Haut de page

 
 
Accueil  |  Rabbi Nachman  |  Photos  |  Vidéos  |  Cours  |  Contactez-nous
 
Tous droits réservés © Breslev.ca 2012
Un grand remerciement à Rav. Eliyahou Haviv pour ses textes et Dvars Torahs.
Site Développé par