Inscrivez votre email ici pour recevoir des Dvar Torah, nouvelles et autres courriels:
 
Liens Breslev:
 
moharan.com
Breslev.fr
Rabbinahman.com
Breslov.com (en anglais)
Breslev.co.il (en hébreu)
Radio Breslev (en hébreu)
Des Questions?
Écrivez nous à
info@breslev.ca

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Voir archive
Vayigach (5768)
Et vous raconterez à mon père tout mon cavod en Egypte…

« Et vous raconterez à mon père tout mon cavod en Egypte… » (Béréchit 45-13)

Cette demande de Yossef nous fait à priori penser à un fils qui a réussi et qui demande à ses frères de le raconter à leur père. Et bien évidemment ce comportement ne ressemble pas à Yossef hatsadik. Voyons dans un premier temps le commentaire de Rabbi Nathan sur ce passage :

« Yossef a précisément demandé à ses frères de raconter à Yaakov son cavod en Egypte car il avait réussi à y élever le cavod de la sainteté. Et par conséquent la fin du verset dit : dépêchez-vous et descendez mon père jusqu’ici. Car Yaakov n’avait plus rien à craindre de la descente en Egypte pour ses enfants étant donné que Yossef les avait précédés et avait réussi à élever le cavod de l’exil » (Likoutey halakhot , betsiat hapat 5-43).

Le mot cavod est généralement traduit par gloire et honneur. Selon le langage populaire, quelqu’un à qui on donne du cavod, c’est quelqu’un à qui on rend honneur et respect. Néanmoins il faut ajouter un peu plus de profondeur à une telle définition .Imaginons une personne qui se rend pour la première fois dans une synagogue où il ne connait personne. Il se met timidement dans un coin jusqu’au moment où on lui fait l’honneur de monter à la Torah. Lorsqu’il rentrera chez lui, il annoncera avec joie et empressement qu’on lui a donné du cavod à la synagogue. Mais ce qu’il veut dire en vérité, c’est qu’au moment où il a été appelé et durant toute sa montée, il s’est senti existé. On l’a fait exister. C’est la raison pour laquelle les sages nous demandent de donner du cavod à l’épouse, il ne s’agit pas de lui faire des honneurs comme on en ferait à un président de la république mais plutôt de communiquer avec elle, de penser à elle, de faire des efforts pour elle (et pas simplement pour qu’elle nous laisse tranquille). C’est ainsi qu’elle se sent exister. Dans ce sens, le verbe lékhabed ne signifie pas respecter mais bel et bien faire exister. En résumé on peut dire que la traduction du mot cavod est EXISTENCE.

Ainsi on comprend bien ce qu’a enseigné Rabbi Nathan. Yossef avait dévoilé l’EXISTENCE de la sainteté même en Egypte. C'est-à-dire qu’il avait réussi à préparer le terrain pour que son frère et ses frères viennent y résider en ne craignant pas de perdre leur identité juive. Car le tsadik dévoile des enseignements qui permettent à n’importe lequel d’entre nous, aussi bas soit-il tombé  dans son Egypte personnel, de se rattacher à D-ieu. Par conséquent donner du Cavod à Hashem, c’est en quelque sorte Lui permettre d’exister dans notre vie. De la même manière que, dans une autre mesure, l’autre n’a de place dans notre vie que celle que nous lui donnons. Ceci est un aspect fondamental du libre-arbitre.

Par ailleurs Rabbi Na’hman enseigne dans la Torah 6 du Likoutey Moharan, premier tome :

« Chaque être humain doit diminuer son cavod personnel et rajouter au cavod de D-ieu. Car celui qui poursuit le cavod n’atteint pas le cavod divin mais seulement le cavod des rois sur lequel il est dit dans Michlé: le cavod des rois est une chose sur laquelle on enquête. Et tout le monde remet en question celui qui court après un tel cavod. Ils demandent : qui est-il et pour qui se prend-il ? Car on lui conteste un tel cavod en disant qu’il ne le mérite pas. En revanche celui qui fuit le cavod, c'est-à-dire qu’il diminue le sien pour rajouter à celui du Créateur, mérite le cavod de Dieu. Et alors personne n’enquête afin de savoir s’il lui revient ou pas. Et sur lui il est dit dans Michlé : le cavod de D-ieu est une chose cachée. Car il est interdit de l’investiguer ».

Celui qui cherche à exister (souvent à travers les honneurs ou la gloire) mais qui ne laisse pas de place à l’existence de D-ieu, ne recevra en retour que vexations et désappointements. Le fait qu’il soit ouvertement critiqué est en fait un appel du ciel pour lui montrer qu’il se doit de briser son orgueil, sinon les autres le feront à sa place, ce qui fait beaucoup plus mal même si on ne l’admet pas toujours en public. Ainsi on ne le respectera pas parce qu’il ne se respecte pas lui-même. Car s’il se respectait lui-même, il aurait donné de la place à l’existence de D-ieu, car il n’existe pas de meilleure chose que cela. Vivre à deux, c’est faire exister l’autre. Vivre avec D-ieu relève du même principe.

CAVOD

- Celui qui parle contre le tsadik sera finalement méprisé de tous.

- Se lever au milieu de la nuit pour réciter le Tikou ‘Hatsot est propice pour le cavod.

- Enlacer un séfer Torah donne du cavod.

- L’humilité donne du cavod.

- Parfois une personne a du cavod grâce au mérite d’un membre de sa famille.

- Celui qui dit je n’ai pas fauté est méprisé de tous.

- Une soif extrême est le signe d’une perte de cavod.

- Il faut donner du cavod à la royauté du pays, même si elle est occupée par des idôlatres.

- Donner du cavod à la Torah protège des ennemis.

- Celui qui s’enorgueillit de la honte de son prochain ne méritera pas un livre qui porte son nom.

LIKOUTEY ETSOT
« Quand une personne fait pénétrer dans son cerveau des pensées extérieures. Alors la sainteté de son cerveau diminue en proportion de la place occupée par de telles pensées impures. Et l’endroit de ces mauvaises pensées devient le lieu de rassemblement  de toutes les mauvaises manières et passions salissantes. Par conséquent, toutes les fautes que nous faisons proviennent d’un défaut de la pensée. C’est la raison pour laquelle il faut faire très attention à protéger son cerveau et sa pensée en n’y laissant pas entrer des intelligences extérieures. Et l’essentiel de la téshouva (repentir) et du Tikoun (réparation) de nos fautes consiste à repousser les mauvaises pensées de notre intelligence (sékhel). Car l’intelligence c’est l’âme, et quand on la sanctifie, on élève et on remet tout en place, ce qui est l’essentiel de la téshouva ». (Likoutey ‘Etsot, ma’shavot vé hirourim 3)



Haut de page

 
 
Accueil  |  Rabbi Nachman  |  Photos  |  Vidéos  |  Cours  |  Contactez-nous
 
Tous droits réservés © Breslev.ca 2012
Un grand remerciement à Rav. Eliyahou Haviv pour ses textes et Dvars Torahs.
Site Développé par