Inscrivez votre email ici pour recevoir des Dvar Torah, nouvelles et autres courriels:
 
Liens Breslev:
 
moharan.com
Breslev.fr
Rabbinahman.com
Breslov.com (en anglais)
Breslev.co.il (en hébreu)
Radio Breslev (en hébreu)
Des Questions?
Écrivez nous à
info@breslev.ca

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Voir archive
Vayigach (5769)

Dédié à la protection des soldats et des habitants d’Israël qui sont en première ligne du conflit, à l’élévation de l’âme des disparus, la guérison des blessés, le réconfort psychologique des gens choqués et la réussite du peuple d’Israël, amen.

« Je descendrai avec toi en Egypte Je t’en remonterai… »
(Vayigach 46/4).
Ce verset est une promesse faite par D-ieu à Ya’akov avant qu’il ne descende s’installer en Egypte pour un exil qu’il savait être long. A son sujet la Mékhilta enseigne que lorsqu’Israël est descendu en Egypte la Chékhina /présence divine est descendue avec lui et que lorsqu’Israël en est remonté la Chékhina est remontée avec lui. En d’autres termes Hashem est toujours avec nous.

Mais où ça exactement?

Dans le traité Ta’anit la guémara commente le verset véchakhanti bétokham/et je résiderai en eux, parole dite par D-ieu au sujet du tabernacle :

« Il n’est pas dit Je résiderai en lui (le tabernacle) mais «en eux», cela nous apprend que D-ieu fait résider Sa Chékhina en chaque personne d’Israël ».

Voila notre réponse: la présence divine est en nous et par conséquent la Chékhina est le peuple d’Israël.

Rabbi Nathan enseigne au sujet de notre verset: « il est écrit dans les livres saints que ce verset contient en allusion le secret de l’exil d’Israël qui est essentiellement l’exil de l’âme. Les élévations et les chutes de chacun correspondent à Je descendrai avec toi en Egypte Je t’en remonterai qui est le secret de l’exil et de la délivrance et au principe qui dit l’objectif de la chute est l’élévation/yérida takhlit ha’alyah. Dans ce sens l’essentiel est le renforcement, car il faut énormément se renforcer face aux amertumes provoquées par les chutes spirituelles qui peuvent nous entraîner à penser qu’il n’y a plus d’espoir. Il faut se rappeler que c’est précisément lorsque nous semblons être au plus bas que le secours est imminent » (Likoutey halakhot Chiloua’h haken 5/23).

Notre relation avec D-ieu est nécessairement composée de hauts et de bas et c’est notre capacité à gérer ces deux situations qui vont permettre à notre quotidien d’être illuminé par la présence divine, sachant que nous sommes le vecteur essentiel de Sa présence ou D-ieu préserve, de Son absence.

Dans le sixième enseignement du Likoutey moharan Rabbi Na’hman nous apprend qu’il y a deux expertises à connaître si l’on veut revenir vers D-ieu: l’expertise de l’élévation et celle du repli. C’est paradoxalement lorsque nous chutons qu’il faut s’attacher au fait que D-ieu soit très proche de nous, Il est en ce moment même ici malgré ma déchéance et Il m’aime toujours autant. Et c’est lorsque tout va bien, lorsque nous sommes forts, qu’il faut se rappeler que nous sommes encore loin de Lui et que nous n’avons pas commencé à le servir, à ce moment nous avons les épaules assez large pour admettre les aspects de notre personnalité qui ne sont pas encore réparés.

La logique humaine est inverse. Lorsque tout va bien je me sens très proche de Lui et lorsque tout va mal je me sens très loin de Lui. Ces comportements sont responsables de l’exil de la Chékhina car ils entraînent successivement des réactions d’orgueil et de découragement, sources de stagnation spirituelle voire d’abandon.

Et à notre époque messianique où les chutes spirituelles sont forcément plus nombreuses que les élévations, il faut se rappeler ce message et ne pas considérer les chutes comme un éloignement irréversible à cause duquel D-ieu ne voudrait plus de nous, mais bel et bien comme une opportunité de se renforcer et de dévoiler ainsi des forces insoupçonnées. Nous ne sommes jamais autant intéressants que lorsque nous combattons contre le découragement spirituel, lorsque nous opposons la joie et la foi qui sont les remèdes du siècle, à la tristesse et au doute qui en sont les maux principaux.

A ces maux opposons les mots de Rabbi Na’hman: le désespoir n’existe pas!



Haut de page

 
 
Accueil  |  Rabbi Nachman  |  Photos  |  Vidéos  |  Cours  |  Contactez-nous
 
Tous droits réservés © Breslev.ca 2012
Un grand remerciement à Rav. Eliyahou Haviv pour ses textes et Dvars Torahs.
Site Développé par